Petit coeur

Petit coeur

Kim van Kooten

Calmann-Lévy

  • par (Libraire)
    20 juin 2018

    1975. Le jour de ses cinq ans maman, a préparé une grande surprise pour Puck. Un vieux monsieur dans une grosse voiture noire les emmène vers leur nouvelle demeure, chez lui dans 'le château marron' dans une commune huppée des environs de Rotterdam. D'abord Puck l'appelle tonton Monsieur bien qu'il veuille qu'elle dise 'papa', mais, lui explique-t-elle, elle a déjà un papa: Mamie Crooswijk dit qu'il est parti pour Pétaouchnoque mais il n'est pas mort, il est chauffagiste.
    Ainsi commence l'histoire de Puck que nous allons suivre pendant presque 10 ans.
    Maman est aux anges. Bistouquet alias Ludovic alias tonton Monsieur alias papa lui donne beaucoup d'argent pour s'acheter tout ce qu'elle veut. Une jolie femme comme elle a le droit de montrer ses belles jambes, de porter un manteau de fourrure. Elle rêve d'un mariage comme il faut (conseil de Mamie Crooswijk: « je me débrouillerais pour avoir quelque chose écrit noir sur blanc »), surtout de la robe. Puck a des poupées, des jouets, plus tard un poney.
    Différence de milieu, de classe: argent, snobisme, hostilité de la 'belle-famille': tout cela peut former un regard désabusé et, à quelques décennies de distance, amusé sur la société. Si ce n'était que tout cela, mais on apprend bientôt quelle sera la vie de Puck dans 'le château marron'.
    Sans geignement ni auto-apitoiement, avec parfois un humour grinçant, l'histoire d'une petite fille, puis adolescente, entre une mère infantile et un ogre.
    Lucide et courageuse, Puck est une héroïne.


  • 5 février 2018

    Petit Coeur

    Puck se souviendra longtemps de son anniversaire pour ses 5 ans. Alors qu'elle presse sa mère pour le fêter, cette dernière en profite pour lui présenter son beau père, un vieux monsieur qui vient les chercher en voiture pour les emmener dans sa maison aussi grande qu'un château.

    Puck pense que sa mère et elle ont beaucoup de chance d'habiter une si grande maison. Cela change du quartier défavorisé de Rotterdam où elles habitaient auparavant, sans rien : pas d'argent, pas de beaux vêtements, jamais de cadeaux.

    Le vieux monsieur souhaite que Puck l'appelle Papa. Or la fillette pense qu'elle a déjà un papa mais il essaie de la convaincre qu'elle n'a aucune chance de le revoir.

    Tandis que Patricia, la mère de Puck vit un conte de fées, dépense sans compter et s'habille de manière aguicheuse, le vieux monsieur ne semble pas sensible à ses charmes. En revanche, il est dès le début bien entreprenant avec la fillette. Il lui fait prendre le bain, lui lave les cheveux trois fois par semaine.
    Tout cela n'est que prétexte pour profiter de gestes déplacés envers Puck.
    La fillette est malheureuse et se rend compter de ce qui se passe.
    Les années passent et elle subit les mêmes sévices.

    A 12 ans, Puck souffre d'anorexie et malgré qu'elle soit hospitalisée, le vieil homme continue ses attouchements. Puck n'ose rien dire... jusqu'au jour où.... Je n'en raconterai pas davantage.

    C'est un livre coup de poing, un livre fort qui m'a beaucoup touchée. Je ne l'ai pas lâché avant d'en connaître la fin. Une fin qui m'a un peu déconcertée : je ne suis pas sûre de l'avoir bien comprise...
    C'est une histoire vraie, inspirée de la terrible enfance de la meilleure amie de l'auteure.

    Je remercie la libraire Dialogues et les éditions Calmann Levy de m'avoir permis cette lecture.