Le vol de l'histoire. Comment l'Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde
EAN13
9782072492723
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Folio histoire
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le vol de l'histoire. Comment l'Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde

Gallimard

Folio histoire

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782072492723
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    9.99

  • Aide EAN13 : 9782072492730
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    9.99

Autre version disponible

Une fois encore, comme hier à propos de la famille en Europe ou de la place de
l'écriture dans notre civilisation, Jack Goody vient perturber la ronde des
historiens emportés par leurs certitudes. À la question soulevée par
l'anthropologue britannique, on devine déjà ce qu'argueront les esprits
chagrinés par cette interpellation d'exigence : comparaison n'est pas raison.
Or, c'est bien de cela qu'il s'agit. La question ? C'est le "vol de
l'histoire", c'est-à-dire la mainmise de l'Occident sur l'histoire du reste du
monde. À partir d'événements qui se sont produits à son échelle provinciale,
l'Europe a conceptualisé et fabriqué une représentation du passé toute à sa
gloire et qu'elle a ensuite imposée au cours des autres civilisations. Le
continent européen revendique l'invention de la démocratie, du féodalisme, du
capitalisme de marché, de la liberté, de l'individualisme, voire de l'amour,
courtois notamment, qui serait le fruit de sa modernisation urbaine. Plusieurs
années passées en Afrique, particulièrement au Ghana, conduisent Jack Goody à
mettre aujourd'hui en doute nombre d'"inventions" auxquelles les Européens
prétendent, sous les plumes de Fernand Braudel, Joseph Needham ou Norbert
Elias notamment, alors que ces mêmes éléments se retrouvent dans bien d'autres
sociétés, du moins à l'état embryonnaire. Économiquement et intellectuellement
parlant, seul un écart relativement récent et temporaire sépare l'Occident de
l'Orient ou de l'Afrique. Des différences existent. Mais c'est d'une
comparaison plus rapprochée que nous avons besoin, et non d'une opposition
tranchée entre le monde et l'Occident, au seul profit de ce dernier.
S'identifier pour envoyer des commentaires.