La pérégrination vers l'Occident, De Pékin à Paris, le voyage de deux moines nestoriens au temps de Marco Polo
EAN13
9782880864927
ISBN
978-2-88086-492-7
Éditeur
Olizane
Date de publication
Collection
OBJECTIF TERRE
Nombre de pages
347
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
438 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La pérégrination vers l'Occident

De Pékin à Paris, le voyage de deux moines nestoriens au temps de Marco Polo

De

Olizane

Objectif Terre

Offres

En 1275, alors que l’Empire mongol domine l’Asie, de la Chine à l’Euphrate, deux moines ouïghours chrétiens nestoriens vivant à Pékin, Çauma et son disciple Marcos, décident de se rendre en pèlerinage à Jérusalem, à l’époque même où Marco Polo effectue ce trajet en sens inverse.
Parvenus en Mésopotamie, le catholicos nestorien – le pape de l’Eglise d’Orient – et l’empereur mongol de Perse leur font bon accueil. Cependant, il ne peuvent poursuivre leur périple à cause de la guerre entre Mongols et Mamelouks. Ils séjournent dans cette région depuis
quatre ans quand le catholicos vient à mourir. Les évêques, qui doivent élire leur nouveau patriarche, sont désemparés face aux mœurs, aux coutumes et à la langue des maîtres du nouvel Empire mongol. Ils ont alors l’idée lumineuse de choisir Marcos, puisque les Ouïghours et les Mongols sont deux peuples très proches sortis des steppes d’Asie centrale.
Bien que Marcos proteste, se sentant incapable de remplir cette tâche, il sera catholicos durant près de quarante ans, sous le nom de Jabalaha III. Çauma, grâce à sa maîtrise des langues, sera l’ambassadeur du khan auprès des puissances européennes pour tenter de sceller contre les Mamelouks une alliance qui aurait pu changer la face du monde. Çauma devient ainsi le premier homme connu à avoir parcouru l’Asie et l’Europe, du Pacifique à l’Atlantique.
Jabalaha est le catholicos d’un véritable âge d’or de l’Eglise d’Orient, la plus vaste de l’époque. Cependant, à la fin de sa vie, il sera le témoin impuissant de son naufrage, victime de l’islamisation intolérante des Mongols. La biographie des deux moines fut écrite en syriaque au début du XIVe siècle, peu de temps après la mort de Jabalaha, par l’un de ses proches, et fut retrouvée en 1887 au Kurdistan.
S'identifier pour envoyer des commentaires.