EAN13
9782847424430
ISBN
978-2-84742-443-0
Éditeur
Le Passage
Date de publication
Nombre de pages
395
Dimensions
30 x 23 x 3 cm
Poids
2266 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Prenant le chef-d'œuvre d'Ingres comme point de départ, Ferdinand-Philippe d'Orléans (1810-1842). Images du prince idéal, propose de parcourir la vie du prince à travers ses images peintes, dessinées, gravées et sculptées, de sa modeste enfance en exil jusqu'aux somptueuses funérailles, de la propagande aux caricatures.
Oublié aujourd'hui dans les soubresauts de l'histoire, Ferdinand-Philippe d'Orléans, héritier du trône français entre 1830 et 1842, jouissait pourtant d'un rayonnement considérable en son siècle. C'est grâce au génie d'Ingres que son élégante silhouette hante encore notre imaginaire, non sans un sentiment funeste : ce portrait est la dernière effigie pour laquelle le prince a posé, avant de mourir dans un accident. Profondément affecté par la disparition tragique de son mécène âgé de 32 ans, Ingres n'a plus peint d'autre portrait masculin par la suite. 160 ans plus tard, le tableau entre au musée du Louvre. Prenant ce chef-d'œuvre d'Ingres comme point de départ, cet ouvrage propose de parcourir la vie du prince à travers ses images peintes, dessinées, gravées et sculptées, de sa modeste enfance en exil jusqu'aux somptueuses funérailles, de la propagande aux caricatures. Le parcours se concentre ensuite sur son remarquable mécénat artistique : conscient de son rôle de futur souverain, Ferdinand-Philippe d'Orléans a soutenu les meilleurs peintres et sculpteurs vivants de son temps, d'Ingres à Barye en passant par Delacroix, Scheffer et Corot. Il a formé en une décennie une collection au goût moderne, fastueux et indépendant, aujourd'hui dispersée mais à laquelle l'ouvrage redonne partiellement vie. Incarnation des espoirs d'une dynastie, d'une nation mais aussi de toute la communauté artistique, Ferdinand-Philippe est resté le prince idéal, que sa mort précoce a préservé des désillusions du pouvoir. Sa disparition tragique a suscité un besoin de monuments et d'objets commémoratifs à l'aune de la vague d'émotion ressentie. Car cette éclipse ne signifie pas seulement un désastre pour la famille d'Orléans et pour le régime de la monarchie de Juillet ; ce fut certainement une occasion majeure manquée pour l'art français du XIXe siècle, dont les efflorescences romantiques nous étonneraient encore aujourd'hui si elles n'avaient avorté en même temps que le règne de " Ferdinand-Philippe Ier ", cet " artiste royal " regretté par Alexandre Dumas père.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Lacaille Frédéric
Plus d'informations sur Adrien Goetz
Plus d'informations sur Sale Marie-Pierre