Maigreur et minceur dans les sociétés anciennes., Grèce, orient, Rome.
EAN13
9782356133434
ISBN
978-2-35613-343-4
Éditeur
Ausonius Éditions
Date de publication
Collection
SCRIPTA ANTIQUA (132)
Nombre de pages
430
Dimensions
24 x 14 x 2 cm
Poids
836 g
Langue
mmm
Fiches UNIMARC
S'identifier

Maigreur et minceur dans les sociétés anciennes.

Grèce, orient, Rome.

Édité par ,

Ausonius Éditions

Scripta Antiqua

Offres

Les études sur le corps et ses représentations dans l’Antiquité se sont considérablement développées depuis une trentaine d’années dans le monde anglo-saxon comme en France. La maigreur et la minceur ont cependant très peu été étudiées pour elles-mêmes, mais la plupart du temps en relation avec l’obésité et l’embonpoint, très souvent associés au luxe et à l’abondance chez les élites. Cet ouvrage, issu d’un colloque international pluridisciplinaire, propose d’aborder de manière spécifique la maigreur et la minceur dans l’Antiquité (du IIIe millénaire avant notre ère à la chute de l’Empire romain). Réunissant les contributions de plus d’une vingtaine de chercheurs, français et étrangers, ce livre cherche, pour la première fois, à définir ces deux notions sur le temps long et dans des contextes géographiques et culturels très différents, - l’Égypte, la Mésopotamie, le Proche-Orient, les mondes grecs et romains -, en utilisant des approches complémentaires (historique, iconographique, médicale, philosophique, littéraire, anthropologique, esthétique et théologique). Au moment où les questions autour de l’alimentation et des comportements alimentaires constituent une préoccupation croissante de nos sociétés contemporaines, de telles recherches, sans prétendre à l’exhaustivité, proposent une vision renouvelée des conceptions esthétiques, des statuts sociaux ou encore des rapports à la nourriture dans l’Antiquité. Elles ouvrent aussi la voie à une réflexion critique sur les origines et les enjeux du diktat de la minceur qui pèse actuellement sur les sociétés occidentales.
Broché.
S'identifier pour envoyer des commentaires.