La
EAN13
9782356133649
ISBN
978-2-35613-364-9
Éditeur
Ausonius
Date de publication
Collection
SCRIPTA ANTIQUA (142)
Nombre de pages
692
Dimensions
24 x 17 x 4 cm
Poids
1298 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La "res publica" et sa décadence.

De Salluste à Tite-Live.

Ausonius

Scripta Antiqua

Offres

Cette étude explore dans une perspective comparative la présentation historique et l'interprétation philosophique de la décadence de la res publica chez Salluste et Tite-Live. Dans la première partie, il est montré que Salluste et Tite-Live sont les premiers auteurs à avoir choisi comme thème central de leur récit le progrès et la décadence d'une cité. A travers un examen précis des étapes de la décadence chez les deux auteurs, il est remarqué que Tite Live apporte constamment des corrections à la théorie de Salluste. Le schéma d'aucun des deux historiens ne se conforme à une vision cyclique ou linéaire du temps. La représentation biologique de la cité montre aussi que les hommes sont les seuls responsables pour la maladie de la décadence. Or, la reprise du progrès selon une conception cyclique et la guérison du corps de l'Etat sont évoquées comme perspectives seulement par Tite-Live. La deuxième partie est consacrée aux causes de la maladie de la décadence, et la troisième à la guérison de la res publica. Trois facteurs sont examinés en détail : les facteurs "divins, le metas hostilis et la nature humaine. Tite-Live renverse l'analyse de plus en plus pessimiste de Salluste, et réintroduit l'homme en tant que facteur principal de l'histoire et comme responsable de la décadence. Dans la troisième partie, leur vision différente de l'avenir de Rome est mise en lumière, à travers l'étude de la position politique et de la fonction exemplaire de l'oeuvre des deux historiens. Il en ressort que Tite-Live adopte les catégories sallustéennes d'analyse, mais conçoit sa propre présentation et interprétation de la décadence en réponse à son devancier, dont il renverse les théories.
Broché.
S'identifier pour envoyer des commentaires.