Une histoire du rêve, Les faces nocturnes de l'âme (Allemagne, 1500-1800)
EAN13
9782753581647
ISBN
978-2-7535-8164-7
Éditeur
Presses universitaires de Rennes
Date de publication
Collection
Histoire
Dimensions
24 x 15 x 2 cm
Poids
526 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Une histoire du rêve

Les faces nocturnes de l'âme (Allemagne, 1500-1800)

Presses universitaires de Rennes

Histoire

Offres

Si le rêve est commun aux êtres humains voire à certains animaux, l'homme est le seul à en faire le récit, engageant une histoire, elle-même support de croyances, de savoirs et de pratiques. Entre 1500 et 1800, la définition du rêve fut âprement discutée. Elle touchait à des savoirs en profond renouvellement (en médecine et théologie notamment), voire naissants (psychologie et anthropologie) et à des pratiques difficilement contrôlables (prophétie, oniromancie).
Ce livre couvre une lacune historiographique, entre les travaux fondateurs de Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt pour le Moyen-Âge, et ceux de Jacqueline Carroy pour le XIXe siècle. Vers 1500, des humanistes exhumèrent des récits antiques de songes qui auraient auparavant relevé de la superstition, alors que ces mêmes humanistes, à l'époque des Réformes, aspirèrent à contrôler la possibilité d'une inspiration surnaturelle ; ils interrogèrent les origines (corporelles, astrales, divines ou diaboliques) du rêve. Vers 1800, le rêve renvoyait à un inconscient, à une face primitive de l'âme, mais aussi à des lois de l'association des images et à un langage symbolique. De 1500 à 1800, l'étude du songe renvoya donc à une intense interrogation sur l'être humain, mais les termes en changèrent foncièrement : le rêve subit un complexe processus de psychologisation.
À terme, ce livre montre que C.G. Jung fut un intense lecteur de l'onirologie des XVIe-XVIIIe siècles. Elle constitue ainsi le socle d'une école psychanalytique majeure et de notre compréhension actuelle du rêve.
S'identifier pour envoyer des commentaires.