Joseph Fouché, Portrait d'un homme politique
EAN13
9782251452227
ISBN
978-2-251-45222-7
Éditeur
Belles Lettres
Date de publication
Collection
Bibliothèque allemande
Nombre de pages
290
Dimensions
19 x 12 x 1 cm
Poids
324 g
Langue
français
Langue d'origine
allemand
Fiches UNIMARC
S'identifier

Joseph Fouché

Portrait d'un homme politique

De

Édité par

Belles Lettres

Bibliothèque allemande

Offres

Traduction nouvelle intégraleLe Fouché (1929) de Stefan Zweig occupe une place à part dans la série des Vies. L’ouvrage a pour cadre la France de la Révolution et de l’Empire. L’existence de celui qui fut associé à la Terreur, au règne napoléonien et à la Restauration comme « massacreur » et policier impitoyable n’est comparable à aucune autre. À bonne distance de la perspective universitaire illustrée par Louis Madelin (1901), Zweig s’est attaché à retracer la genèse psychologique d’une personnalité dont la cuirasse construite dans les épreuves et les humiliations fait obstacle à tout sentiment de sympathie de la part du lecteur. Chronologique, le récit est découpé en une suite de neuf chapitres. Son trait spécifique est une exceptionnelle intensité dramatique. Les face-à-face de Fouché avec Robespierre jusqu’à Thermidor puis avec un Napoléon dérivant vers la tyrannie avant d’être entraîné dans une chute inexorable, théâtralisent les moments clés d’une histoire aux retournements inattendus. Ces instants où opportunisme, conquête et volonté de conservation amorales du pouvoir se mêlent inexorablement, sont, aux yeux de Zweig, l’image désespérante du temps présent. Le succès de Stefan Zweig auprès du public français ne se dément pas. Son exploration des mouvements de l’âme continue de fasciner tout comme séduit l’élégance stylistique de ce Viennois cosmopolite. La fiction toutefois n’est pas seule à nourrir son art du récit. L’histoire elle aussi n’a cessé de le requérir. La suite de ses biographies non romancées (les Vies) découvre un agencement virtuose du matériau légué par les historiens. Tous ces textes donnent à voir un artiste que son refus de l’engagement militant rend paradoxalement plus sensible aux menaces qui pèsent sur les sociétés européennes de son temps. Nouveauté dans le choix du protagoniste : Fouché, dont il est question dans ce volume, est aux antipodes des hautes figures positives incarnées par Érasme et Castellion dont « le ministre de toutes les polices » est l’absolue face noire. L’humanisme zweigien se lit cette fois par contraste.Pour autant, il ne perd rien de sa force.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean-Jacques Pollet