Intérieurs
EAN13
9782354280543
ISBN
978-2-35428-054-3
Éditeur
Créaphis
Date de publication
Collection
H.COLLECTION
Nombre de pages
180
Dimensions
21,7 x 25,2 x 2,3 cm
Poids
970 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Intérieurs Logements à la Goutte d'Or
Photographies : Hortense Soichet Textes : Paul Ardenne, Yankel Fijalkow Extraits d'un entretien avec Hortense Soichet Textes des habitants
Hortense Soichet a visité une centaine de logements dans le quartier de La Goutte d'Or, classé en " zone urbaine sensible " (ZUS). Elle a enquêté auprès des habitants et photographié leur " chez soi ", - intérieur et objets - de manière systématique, avec un même point de vue et un même angle. Les habitants eux-mêmes sont absents des images mais ces portraits d'appartements révèlent des manières d'habiter spécifiques dans un territoire urbain en mutation. De courts extraits d'entretiens " illustrent " les images. Ces habitats ont été choisis pour leur variété et leur représentativité mais aussi pour leur " plasticité ". L'enjeu de ce travail est de contribuer à une meilleure connaissance de milieux sociaux changeants par une approche anthropologique et artistique Le livre, ouvert avec un texte inédit de l'écrivain et critique d'art Paul Ardenne, réunit 40 logements présentés chacun avec 7 photos. Un texte inédit du sociologue Yankel Fijalkow et un entretien avec Hortense Soichet sont situés en fin d'ouvrage.
Hortense Soichet, photographe, s'intéresse à la relation que les individus entretiennent avec leur territoire et notamment les modes d'habiter. Docteur en esthétique, elle poursuit des recherches sur la photographie et fait des interventions régulières (cours, conférences ou colloques).Elle dirige des projets artistiques et a participé à divers projets photographiques en région parisienne et en Haute-Garonne, centrés sur l'habitat et les villes. Quatre expositions en 2009 et 2010 rendent compte de son travail à la Goutte d'Or : Qui habite la Goutte d'Or ? Work in progress, écomusée, Paris ; Habiter la Goutte d'Or dans le cadre de l'Eté photographique de Lectoure ; Habiter la Goutte d'Or dans le cadre de la Photo-off à Paris. En 2011, le musée Carnavalet à Paris fait l'acquisition de 50 tirages de la série Habiter la Goutte d'Or.
Yankel Fijalkow est professeur des universités, docteur de l'école des Hautes
Etudes en Sciences Sociales, titulaire d'une habilitation à diriger des recherches à
l'Institut d'urbanisme de Paris de l'université Paris XII. Il est spécialisé en urbanisme,
habitat et développement social durable.
Parmi ses publications : La construction des îlots insalubres, Paris 1850 - 1945, L'Harmattan, 2000, ouvrage issu de sa thèse ; Sociologie des villes, La Découverte, 2007.
Paul Ardenne, est critique d'art et muséologue, spécialisé dans le domaine de l'art contemporain, de l'esthétique et de l'architecture. Agrégé d'histoire et docteur en histoire de l'art, il enseigne à la faculté des arts d'Amiens et collabore, entre autres, aux revues Art press et Archistorm, Il est l'auteur de plusieurs ouvrages ayant trait à l'esthétique actuelle dont les plus récents sont Extrême - Esthétiques de la limite dépassée (2006), Images-Monde. De l'événement au documentaire (avec Régis Durand, 2007), Art, le présent. La création plastique au tournant du 21ème siècle (2009), Moto, notre amour (2010). Il est aussi auteur de nombreuses monographies d'architectes et d'un essai sur l'urbanité contemporaine, Terre habitée (2005, réédition augmentée, 2011).
Motivation de l'éditeur
Editeur de photographie et de sciences humaines (dont une des collections s'intitule justement " Lieux habités "), les éditions Créaphis trouvent dans ce projet un sujet de prédilection pour renforcer la cohérence éditoriale de la maison. Dès les premiers contacts avec cette jeune photographe, dont c'est le premier livre, nous avons trouvé plusieurs correspondances affirmées et assumées entre la création artistique, la sociologie de l'habitat et l'enquête anthropologique en milieu urbain. L'occasion était donc donnée d'imaginer un ouvrage dans le champ de la photo sans s'interdire de montrer tout l'intérêt d'un tel travail pour la compréhension de l'évolution des formes d'habiter, notamment dans les quartiers anciens de Paris en prise avec le renouvellement urbain, la " gentrification " ambiante et la résistance des lieux intermédiaires et de précarité. La photographe, se situe à la fois dans un courant historique de la photographie d'intérieur à caractère documentaire et dans une approche anthropologique, par sa manière d'impliquer les habitants dans son travail. Ce n'est pas en les représentant parmi leur objets et dans leur intérieur qu'elle en fait le portrait, mais en privilégiant la toile de fond et le décor qui deviennent " personnage central " de l'histoire. La question de l'intériorité (et même de l'intimité) a nécessité une approche particulière, à la fois au plus près et au plus large. D'où ces photographies d'ensemble et de détails mise dans la même forme graphique pour chacun des quarante appartements choisis pour l'édition du corpus. Ici le rôle de l'objectif est très important, non seulement en raison de son identité focale, mais aussi dans la manière frontale dont il est utilisé, en ce qu'il permet au plan formel des images nettes et " profondes " avec une perspective particulière. Pas de flou donc chez Hortense Soichet, pas de modelé " artistique " mais un même point de vue pour chaque lieu, systématiquement photographié à hauteur d'oil (ou de poitrine), ce qui place le regard au centre de la pièce.
Cet ouvrage appartient à la collection Hors-collection.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Hortense Soichet