Le Cens de l'État, Comprendre la crise du politique par la modernité fiscale
EAN13
9782251452944
ISBN
978-2-251-45294-4
Éditeur
Belles Lettres
Date de publication
Collection
PENSEURS DE LA
Nombre de pages
282
Dimensions
21 x 13,4 x 2,2 cm
Poids
336 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Cens de l'État

Comprendre la crise du politique par la modernité fiscale

De

Belles Lettres

Penseurs De La

Offres

Depuis 2019, l’impôt sur le revenu des Français est prélevé à la source. Ce qui pourrait passer pour une réforme mineure d’ordre pratique marque en fait l’aboutissement d’une longue évolution de la théorie de l’impôt débouchant sur une doctrine contraire aux principes mêmes qui le légitiment. Cette relecture raisonnée de l’évolution de l’impôt en France dans ses théories, ses modalités et son acceptation populaire, conduit le lecteur des origines mythiques de l’impôt-sacrifice au sein des sociétés tribales à l’impôt instrument de gouvernance en passant par l’impôt servitude des seigneurs féodaux, l’impôt-échange des libéraux révolutionnaires et l’impôt-solidarité des économistes de l’État providence.
L’auteur s’y propose de pointer dans des réformes telles que l’introduction d’un impôt sur les grandes fortunes, le prélèvement à la source ou les procédures de saisie sur salaire, la profondeur des mutations sociales qui en découlent et la manière dont elles redéfinissent le rapport entre le citoyen et l’État. Détaillant comment l’économie a imposé dans la pratique du pouvoir et la théorie du droit sa rationalité statistique, il dresse le saisissant portrait d’une époque où le consentement est mort, les droits fondamentaux bafoués et la responsabilité politique vidée. Une telle entreprise globale de rationalisation de la société ne saurait alors accoucher que d’agents économiques à l’amoralité glaçante.
Cette réflexion de grande ampleur s’achève sur une critique approfondie de l’allocation universelle, présentée comme fausse solution au problème politique et moral auquel la société doit aujourd’hui faire face. A ce leurre, une alternative audacieuse est suggérée : le retour d’une société de la responsabilité individuelle et de l’honneur, où l’impôt volontaire se présente comme vecteur fondamental de toute distinction sociale et moteur démocratique d’empathie entre les citoyens.
S'identifier pour envoyer des commentaires.