EAN13
9791035108403
ISBN
979-10-351-0840-3
Éditeur
ED SORBONNE
Date de publication
Collection
Histoire ancienne et médiévale
Nombre de pages
486
Dimensions
24 x 16 x 2,6 cm
Poids
762 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Athènes en partage

Les étrangers au sein de la cité (Ve-IIIe siècles avant notre ère)

Ed Sorbonne

Histoire ancienne et médiévale

Offres

Qu'est-ce qui fait une communauté ? Qu’entend-on par marginalité ? Comment tisser des liens lorsque l’on n’a pas le même statut juridique que les autres ? On a l’habitude de percevoir la place des étrangers – notamment les métèques – à Athènes aux époques classique et hellénistique à travers le prisme de l’opposition citoyen/étranger. Mais qu’en était-il vraiment ? La définition théorique et politique de la citoyenneté en recouvre-t-elle le contenu réel ? Si la place des étrangers dans le commerce et leurs statuts juridiques ont déjà été bien étudiés, ce livre explore un autre aspect de la vie des étrangers en Attique : celui de leur inclusion dans les relations sociales au sein de la cité.
Qu’il s’agisse en effet de participer aux réunions d’une association religieuse, de préparer une procession en l’honneur d’une déesse ou d’ériger une stèle en l’honneur des magistrats chargés du culte, d’assister au Lycée aux leçons d’un philosophe célèbre ou de rendre hommage aux ancêtres défunts, étrangers et citoyens se côtoient et forment société ensemble.
Au long de l’examen de ces pratiques cultuelles et quotidiennes, l’usage des méthodes de la micro-histoire et l’adaptation raisonnée de celles de la sociologie permettent de renouveler les questionnements et d’interroger les habituelles césures historiques. Sont-elles encore pertinentes lorsque l’historien s’intéresse davantage aux groupes sociaux ? Par le croisement de sources de natures très différentes (littéraires, épigraphiques, archéologiques), le tableau dressé ici permet de dépasser la figure des étrangers construite par l’historiographie, et de mettre en lumière le fait que, in fine, certains étrangers, loin d’apparaître comme des exclus, participent au contraire à la constitution de communautés – souvent infra-civiques –, ainsi qu’à l’instauration d’un paysage commun en s’inscrivant dans la mémoire topographique et visuelle de la cité. Docteur en histoire grecque de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de l’École française d’Athènes, agrégé d’histoire, chercheur associé au laboratoire AnHiMA, Romain Guicharrousse a enseigné plusieurs années au lycée Angela Davis de Saint-Denis. Maître de conférences en histoire grecque classique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ses recherches portent sur l’histoire sociale du monde grec. Son doctorat, dont ce livre est issu, a été récompensé du Prix Henri Hertz de la Chancellerie en 2019.
S'identifier pour envoyer des commentaires.