Les derniers jours de Staline
EAN13
9782262097042
ISBN
978-2-262-09704-2
Éditeur
Perrin
Date de publication
Nombre de pages
368
Dimensions
21 x 14,2 x 2,6 cm
Poids
390 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les derniers jours de Staline

De

Traduit par

Perrin

Offres

Le 5 mars 1953 meurt Joseph Staline. La fin d'un monde ?
Joseph Staline s'éteint en mars 1953 au terme d'une agonie interminable digne d'une tragédie shakespearienne. Le Vojd a tellement dominé la vie du pays que sa mort soulève une immense vague de chagrin et désoriente beaucoup de monde. Le Kremlin est alors hanté de sourdes craintes d'une nouvelle purge contre des membres de son présidium. Les tensions avec l'Ouest sont de plus en plus alarmantes : après trois années de combats, la guerre de Corée se poursuit sans répit, tandis que les armées américaines et soviétiques se font face dans une Allemagne divisée. À cette même période, au mois de janvier, une nouvelle administration américaine, conduite par le président Dwight D. Eisenhower et le secrétaire d'État John Foster Dulles, prend ses fonctions avec l'intention de " refouler " le communisme, pour se retrouver en fait aussitôt confrontée aux héritiers de Staline et à une série de réformes inattendues. Ce livre s'ouvre sur le récit de ses dernières heures – avec la description des scènes dantesques de ses funérailles, en présence des partis frères – et remonte dans le temps jusqu'au 19e Congrès du Parti, en octobre 1952, quand le " Petit Père des peuples " prononce son dernier discours en public. Puis il aborde l'hiver 1952-1953, qui voit éclater l'affaire des médecins et se déployer une vaste campagne contre les Juifs d'URSS. Ensuite, il explore la manière dont la presse soviétique et américaine couvre sa disparition et les réactions de la nouvelle administration Eisenhower aux changements dramatiques que traverse Moscou. Car la mort de Staline ouvre une lutte finale pour le pouvoir, qui se conclut sur l'arrestation de celui qui fut longtemps le chef de la sécurité du dictateur, Lavrenti Beria, en juin 1953, point final de ce grand livre. Joshua Rubenstein mêle avec rigueur et d'une plume alerte l'analyse géopolitique, le récit dramatique des événements, la chronique des individus et le sens du contrechamp, afin d'éclairer cet événement capital qui a changé l'histoire du monde.
Traduit de l'anglais par Johan-Frédérik Hel Guedj
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Johan-Frédérik Hel Guedj