Histoire secrète des stratagèmes de la Seconde Guerre mondiale : Duperie, tromperie, intoxication, illusion de 1939 à 1945, De la seconde guerre mondiale
EAN13
9782847362947
ISBN
978-2-84736-294-7
Éditeur
Nouveau Monde éditions
Date de publication
Collection
Histoire du renseignement
Nombre de pages
335
Dimensions
22,8 x 14 x 1,9 cm
Poids
406 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
940
Fiches UNIMARC
S'identifier

Histoire secrète des stratagèmes de la Seconde Guerre mondiale : Duperie, tromperie, intoxication, illusion de 1939 à 1945

De la seconde guerre mondiale

De

Nouveau Monde éditions

Histoire du renseignement

Offres

« L'essentiel pour battre l'ennemi n'est pas la force mais la ruse : il faut tromper l'ennemi, l'inquiéter, le désorganiser par une approche imprévue, créer ainsi un point faible et l'exploiter à fond ».
L'art de la tromperie est particulièrement raffiné. Si son histoire fascine, elle reste encore peu explorée. C'est pourquoi le livre de Jean Deuve, qui nous révèle des événements jusqu'alors méconnus, s'impose comme une référence.

Tous les aspects et les moyens de la tromperie, tous les acteurs et tous les théâtres du conflit sont évoqués, illustrant le fait que déception et intoxication furent de toutes les phases de l'affrontement. Le lecteur sera frappé par l'imagination et la minutie des hommes ayant conçu ces opérations, lesquelles ont toutes eu une influence importante sur l'issue des combats.
Si plusieurs auteurs ont déjà étudié tel ou tel aspect des opérations alliées – notamment Fortitude – aucun ouvrage n'apporte à ce jour une vision aussi complète des tromperies effectuées par les deux camps.
Ce livre n'est pas seulement un récit historique passionnant : c'est aussi un véritable manuel, qui révèle les recettes des maîtres de la tromperie.

Officier de la Seconde Guerre mondiale, blessé pendant la campagne de France, Jean Deuve rejoint en 1943 la Force 136, une unité des Forces spéciales britanniques en Inde chargée des opérations clandestines contre les Japonais, puis prend la tête du maquis laotien. Après la guerre, il dirige le service de renseignement des forces du Laos, puis la police du pays. Après l'indépendance du Laos en 1954, il devient conseiller du Premier ministre jusqu'en 1964. Devenu un expert réputé des questions asiatiques, délié de son devoir de réserve, il entreprend de raconter ici quelques-uns des épisodes les plus remarquables de la guerre 1939-45 sur tous les fronts de bataille.
S'identifier pour envoyer des commentaires.