Nouvelle histoire de la guerre du Péloponnèse, 2, La guerre d'Archidamos, Nouvelle histoire de la guerre du Péloponnèse (Tome II)
EAN13
9782251449814
ISBN
978-2-251-44981-4
Éditeur
Les Belles Lettres
Date de publication
Collection
Histoire
Séries
Nouvelle histoire de la guerre du Péloponnèse (2)
Nombre de pages
420
Dimensions
21,5 x 15,5 x 0,1 cm
Poids
1 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

2 - La guerre d'Archidamos

Nouvelle histoire de la guerre du Péloponnèse (Tome II)

De

Traduit par

Les Belles Lettres

Histoire

Offres

Autre livre dans la même série

C’est Thucydide qui constitue les événements connus sous le nom de « guerre du Péloponnèse » comme un seul ensemble, une seule guerre. Comme l’a montré Donald Kagan dans le premier volume de sa tétralogie, il le fait au prix d’une réduction étiologique qui lui permet de transformer son étude des causes de l’affrontement d’Athènes et de Sparte en une téléologie unificatrice. Il n’en reste pas moins qu’on distingue traditionnellement quatre grandes phases dans l’ensemble ainsi délimité par Thucydide : un premier conflit de dix ans (431-421), objet du présent ouvrage, la « guerre d’Archidamos », auquel vint mettre un terme un traité de paix qui ne fut pas respecté : la paix de Nicias (421-416). Cette deuxième période, troublée, qui vit la conclusion de nouvelles alliances et l’irruption de nouveaux acteurs, fut marquée par un affrontement majeur, la bataille de Mantinée (418). L’expédition de Sicile (416-413), qui domina la troisième phase, vint clarifier la situation : elle obligea Athènes, pour complaire à ses alliés qui combattaient à ses côtés en Sicile, à attaquer des cités côtières du Péloponnèse, ce qui constituait une violation franche du traité conclu en 421 et relança officiellement les hostilités entre Athènes et Sparte. La destruction de la flotte et du corps expéditionnaire athéniens en Sicile en 413 ouvre la quatrième et dernière période de la guerre, une décennie marquée par le délitement de l’empire athénien et qui aboutit au siège et à la capitulation d’Athènes en 404.Les premières années de la guerre virent s’affronter, de façon quasiment pure, deux stratégies radicalement opposées. Toutefois, des deux côtés, ces stratégies initiales trouvèrent rapidement leur limite. C’est en rompant progressivement puis franchement avec elles et en déplaçant le conflit sur des fronts secondaires, que les successeurs de Périclès et d’Archidamos firent évoluer la situation.En opérant des rapprochements avec l’histoire militaire moderne et contemporaine, en portant une grande attention à la vie politique intérieure d’Athènes et de Sparte, en utilisant à bon escient les outils de l’histoire contrefactuelle, Donald Kagan poursuit sa lecture critique de Thucydide et livre des analyses d’une grande intelligence aussi bien des stratégies générales de chaque camp que des tactiques mises en œuvre dans chaque bataille.
S'identifier pour envoyer des commentaires.