EAN13
9782850350771
ISBN
978-2-85035-077-1
Éditeur
L'atelier contemporain
Date de publication
Collection
STUDIOLO
Nombre de pages
160
Dimensions
16,1 x 11,6 x 1,1 cm
Poids
146 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Pieter de Hooch

Un peintre à l'infinitif

L'atelier contemporain

Studiolo

Offres

Pieter de Hooch (1629-1684(?)), un parmi tant d’autres peintres du siècle d’or néerlandais, qui ont surgi, avec leur manière d’apparence tranquille, d’un peuple se libérant des Espagnols, menant guerre sur guerre : événement calme au milieu des turbulences.
Les arts ont une existence fragile. Il dépend des caprices d’une époque qu’elle transforme les œuvres dont elle hérite en objets de culture, en reportages sur les mœurs du passé, en manifestes d’une morale, en occasion de plus-value spéculative ou touristique. Lancés dans un monde qui n’a que faire d’eux, les tableaux deviennent des images.
Ceux de Pieter de Hooch n’y ont pas échappé.
De son temps, Pieter de Hooch répugnait au régime visuel dominant, aux emblèmes moralisants et surtout à l’art officiel de la province de Hollande, copie de l’antiquité romaine, lequel d’ailleurs l’a ignoré, lui et ses immenses collègues.
Aussi devons-nous être sensibles au présent de l’art qui n’est ni tout à fait – les tableaux tout juste vernis, l’encre à peine sèche – le présent historique saisi rétrospectivement, ni vraiment l’éternité idéale prisée par une certaine philosophie, mais un autre présent, celui du peindre, pas du peint, la part d’infinitif de toute peinture, d’infinitif présent, qu’on tente de sentir avec les moyens du bord, ceux de notre temps.
Comment aimer Pieter de Hooch sans être aux aguets de ses motifs toujours persévérants : peindre des regards absents perdus dans le vague, des habitudes et des gens dans des intérieurs domestiques que leurs yeux dépaysent, produire un tiers-espace entre celui de la toile et celui du spectateur, figurer une durée momentanée dans des gestes indécis et pourtant familiers, inventer les arrière-cours de Delft comme fait pictural, etc. Tout cela sous le signe d’un dieu égaré dans le règne calviniste, Hermès, ange inspirant la recherche de ces fameux passages par des cadres, portes, porches, fenêtres et trouées, de plus en plus étroits dans le lointain.
S'identifier pour envoyer des commentaires.